LE TÉMOIGNAGE DE SYLVIE

Ancienne commerçante, elle s'est reconvertie au sevrage du tabac et du sucre
Plus de témoignages

Quelles sont les dernières nouvelles ?

Je vais très bien, je continue mon petit chemin de route avec mes formations que j’ai eu avec toi il y a maintenant 2 ans. J’étais une des premières je pense de tes élèves. On s’est rencontré chez toi. Voilà donc suite à la 2e formation que j’ai eu pour l’addiction du sucre, je fais plus d’addiction du sucre que de sevrage du tabac.

Ta vie avant la formation ?

Moi, j’étais commerçante en fait. J’étais directrice d’une joaillerie sur le vieux Lille. Donc j’ai décroché. Je t’ai rencontré sur Internet et aujourd’hui je suis dans un cabinet médical à Lomme. Voilà et je cartonne ! C’est à dire que j’ai complètement arrêté ma vie d’avant, mon travail d’avant. Je me suis permis de lâcher ce travail là pour faire que du sevrage. Sevrage tabac, sevrage du sucre, sevrage perte de poids. Les gens qui viennent me voir au cabinet me font confiance et ça marche.

Quels sont tes résultats ?

Pour le sevrage du tabac, je propose la méthode que tu m’as enseigné il y a 3 ans. Ça marche très très bien avec le protocole que tu conseilles et que j’ai mis en place avec les petites plantes magiques … 

Ensuite je me suis lancée dans le sevrage du sucre, quelques mois après en fait, parce que je me suis dit je connais pas, c’est pas vraiment mon domaine, est ce que je vais y arriver ? Donc j’ai pris une personne que je connaissais qui était carrément dans l’addiction du sucre et qui demandait à avoir une perte de poids.

Aujourd’hui, elle a perdu, je pense, 12 kilos. Elle ne mange plus du tout de sucre. Donc de bouche à oreille, moi je vais voir Sylvie.

J’ai mis en place le protocole que tu conseilles avec les petites plantes magiques et je fais une séance en point Chiapi pour l’addiction, pour les aider dans le sevrage et dans la perte de poids.

À côté de ça, je ne leur conseille pas de faire un régime, c’est pas du tout un régime mais un rééquilibrage alimentaire. Voilà, il n’y a pas d’envie particulière, ça se passe très très bien. Donc c’est sans frustration et avec des résultats quoi. Enfin en tout cas, au niveau perte de poids pour l’instant.

Tu as eu des gens, toi, qui venaient hors perte de poids juste pour arrêter le sucre? J’ai des personnes qui viennent pour le sucre et perte de poids. J’en ai qui viennent juste pour l’addiction au sucre. Et c’est vraiment le bouche-à-oreille parce que je n’ai pas encore fait ma carte de visite que je vais faire cette semaine. Je vais mettre à jour mon site internet cette semaine aussi parce que j’ai pas eu le temps, j’ai eu beaucoup de monde de novembre à décembre.

Bon là avec ce qui se passe en ce moment, c’est un peu plus calme pour tout le monde, mais ça suit son cours, là j’ai le temps de me poser pour tout mettre à jour et franchement, je suis très contente. 

Arrives-tu à vivre de cette nouvelle activité ?

C’est plus là satisfaction des personnes qui viennent me voir qui est ma motivation personnelle en fait, parce qu’il y a des résultats et c’est ce qui va faire après la renommée et la réputation du centre où je suis. C’est mon objectif pour l’année 2022.

Est-ce que tu arrives à en vivre ?

Pour l’instant oui. Par rapport à ce qui se passe avec toi actuellement, rien qu’avec le bouche à oreille, rien qu’avec le démarchage que tu as fait parce que tu t’es vraiment bouger pour trouver ces clients, tu as trouvé des astuces qui sont extrêmement intéressantes.

Comme tu me l’as expliqué. Tu as pris 6 personnes au départ donc, explique moi un petit peu ce système là.

Alors en fait dans le début j’ai pris 6 personnes, 6 cobayes qui fumaient, qui n’avaient pas du tout l’intention d’arrêter de fumer. Je leur ai vendu ma démarche, c’est-à-dire ce que j’allais faire. Méthode Chiapi, protocole, etc…

Je leur ai dis voilà, ce que je vous propose, c’est que je vous fasse arrêter de fumer, vous allez me payer mais j’encaisse pas le chèque. Par contre, comme vous allez arrêter de fumer, ce qui est sûr, vous allez en contrepartie en vous offrant la séance, me trouver 6 personnes dans votre entourage ou 10 qui voudraient arrêter de fumer et qui n’y arrive pas. C’est le deal. Donc les personnes OK.

Même la première qui m’a mis un commentaire, je l’ai gardé parce que c’est la première qui a arrêté de fumer qui était  la cousine de ma voisine et qui avait 50 ans et qui n’avait jamais arrêter de fumer, qui n’arrivait pas et qui a arrêté de fumer avec cette méthode.Et là, elle a envoyé. L’autre aussi, l’autre aussi.

Voilà, ils ont tous arrêté de fumer, donc forcément on dit, mais ça fonctionne son truc là, on avait même pas envie d’arrêter ! Donc voilà j’ai pris vraiment 6 personnes qui ne voulaient pas arrêter de fumer.

Ça a commencé à te faire un chiffre d’affaires quand même confortable et donc maintenant en projection dans un futur très proche tu te projettes à combien de chiffres d’affaires par mois dans la réalité ?

Dans la réalité, entre 6000 et 7000 par mois. J’ai travaillé, je suis sûr de ce que je fais, je sais qu’ il y a des résultats qui sont maintenant chiffrés et il y a aussi l’expérience en fait. Je sais aussi comment faire pour me faire connaître.

Maintenant, la réputation est faite, j’ai même des gens qui viennent de Boulogne-sur-Mer, qui viennent de Dunkerque. Le plus loin, c’est Rio au Brésil. Il est venu voir ses copains qui habitent à côté. Il dit bah tiens, je vais tenter l’expérience. Apparemment le dernier petit message que j’ai eu de lui, il est venu me voir au mois d’août. Il fume plus. Rio, voilà.

En tout cas déjà par cette ambition que tu as de développer cette entreprise parce qu’on est chef d’entreprise, c’est comme ça. Il faut parfois parler de chiffres d’affaires parce qu’on en a besoin pour vivre tout simplement. Mais avec les résultats que tu as effectivement c’est facile par le bouche à oreille d’arriver effectivement à 6000, 7000 euros.

J’ai aussi travaillé avec un médecin qui est super top et qui m’a fait confiance. Je lui ai dit voilà, je fais ça, il a pris ma carte, il m’a envoyé son premier patient de 50 ans qui n’avait jamais arrêté de fumer. Il m’a dit je sais pas comment tu fais, mais ça fonctionne, donc il m’envoie à chaque fois les gens. Bah non, prenez pas de patch, allez voir Sylvie!

Ensuite j’ai un phlébologue, qui m’envoie aussi sur Herly qui est au top, qui m’envoie tous ses patients.

J’ai aussi un pneumologue que j’ai rencontré bêtement sur Lille à qui j’ai expliqué sans savoir ce qu’il faisait comme métier que je faisais du sevrage tabagique, je suis passionnée par ce que je fais. Mais attendez, je suis pneumologue, je travaille dans un hôpital, vous m’intéressez.

Il propose ma carte, la carte de quelqu’un d’autre. On choisit généralement ma carte. Et les gens viennent me voir. Ils arrêtent tous de fumer. Pratiquement tous. Pourtant, ils ont une pathologie. Ils n’y arrivent pas donc c’est magique quoi. 

Qu’est-ce qui te fait vibrer dans ce métier ?

C’est l’envie. En fait, c’est être passionné par ce qu’on fait.
Et après on a les outils que tu nous donnes et ceux qu’on crée également et ça fonctionne.
De toute façon les gens ont besoin de nous, ont besoin d’être soutenus, surtout dans ce qu’on vit actuellement pour être aidé parce qu’il y a des gens, ils ont pas la force, ils ont pas non plus l’entourage. Il y a plein de choses qui rentrent en compte.
Il faut pas que tes élèves se disent bah tiens, j’ai le laser, j’ai le truc allez hop, non il y a pas que ça. Il y a aussi ce que tu disais, on aime les gens et c’est ce qui fait aussi la différence.
Ça fait totalement la différence et après il y a le marketing parce que tu peux aimer les gens mais ne pas du tout savoir comment trouver des clients et c’est un des gros point faible du thérapeute et il faut aller et faire ce que tu transmets, ce que t’a créé.
Moi je trouve ça fabuleux, c’est-à-dire sans publicité payante ou quoi que ce soit. Tu as développé une clientèle déjà très importante avec un bouche à oreille que t’as organisé aussi et puis ça donne ce que ça donne avec une ambition dans les mois qui viennent de 6 à 7000€ par mois c’est génial.

Je veux travailler sur le long terme, 4 jours ou moi je peux commencer à 7h du matin parce qu’il y en a qui commencent tôt, donc ils viennent avant. Ça ne me dérange pas. J’ai envie de faire ça. Après, je suis comme tout le monde, hein, il faut que j’en vive, il faut que je paye mon loyer, il faut que je paye l’URSSAF.

Quelles sont tes actions marketing ?

Je n’ai pas encore fait les démarches en fait. Pour l’instant, je voulais voir ce que ça donnait et là, je vais le faire. Je vais mettre les outils en place pour justement me faire connaître. Ouais, voilà parce que c’est ça le souci.

C’est “mais si je vous avais connu avant… “. Bah oui,  je fais rien pour donc…. Quand on a une personne qui sort du cabinet et qui est contente, elle en parle à une personne, voire 2 après de la prise de décision. Donc tout ça ça fait boule de neige après. C’est ça. Donc je sais que j’ai beaucoup de retours .

J’ai mon agenda qui se remplit de semaine en semaine. J’ai de bons résultats et les gens sont contents quand ils sortent du cabinet. Ou j’ai des petits messages, des petites cartes postales, merci grâce à vous je mange plus de sucre, grâce à vous je fume plus, si je vous avais connu avant,… C’est ça le problème en fait alors je me dis bon, allez il faut que je fasse quelque chose.Mais voilà, c’est ça marche. 

Quel est ton pourcentage de réussite ?

85% même pour le tabac. Franchement je les suis, je les appelle, je vois s’il y a une rechute, vous revenez sans problème. Je suis là.

Enfin voilà, je sais ce que c’est puisque toi comme moi on était des anciennes fumeuses, on sait ce que c’est. Que c’est le sevrage le plus compliqué, le plus dur mais on lâche rien.

Les outils qu’on a avec tes formations et tout le reste, avec notre propre personne, en fait ça marche. Il faut avoir de la patience, il faut aimer les gens déjà. Quand on les aime, c’est ce qui fait aussi 50% de la réussite. Clairement, clairement, clairement, c’est l’intention qu’on a en tant que thérapeute.

C’est ça, un thérapeute qui fait ça pour l’argent, il y aura moins de retours positifs en fait, parce que il va pas l’écouter. Et moi personnellement, j’écoute, je comprends et je prends du temps. Voilà une séance, ça peut mettre jusqu’à 1h30 / 2h , c’est pas grave. Moi si elle sort qu’elle fume plus c’est une réussite en plus. C’est comme des petites médailles en plus qui s’ajoutent partout. Mais c’est vrai. Parce que qu’est ce que ça représente une personne qui arrête de fumer où qui arrête le sucre aussi ? Bah je me dis déjà une personne qui arrête de fumer, c’est une personne qui restera en vie. 

Tes objectifs pour 2022 ?

Mon objectif, pour l’année 2022, est de passer de 85 %  à 90%, voilà.


C’est d’accord? Avec ton accord c’est bon?

Oui moi je suis d’accord parce que, ce que j’adore c’est que j’ai de plus en plus de témoignages comme ça où l’élève dépasse le maître et franchement je trouve ça génial. C’est-à-dire que moi, j’avais à peu près 83. Quand j’entends 85 , ça s’approche des 85, 90, et cetera.

Moi, c’est mon produit à moi. C’est ce que j’aime. C’est d’avoir des élèves qui pratiquent, qui appliquent, parce qu’ au bout il y a ce que tu as dit, c’est à dire des personnes qui vont avoir des années de vie en plus.

Qu’est-ce que cette formation a changé dans ta vie ?

Je suis passionnée par ce que je fais. J’ai trouvé un équilibre au niveau de ma vie professionnelle parce que je suis passionnée. Le matin quand je me lève, quand je vais au cabinet, je suis dans un autre monde en fait.

J’ai cherché longtemps à savoir ce que je pourrais faire en me levant le matin et en allant travailler. Pendant des années, j’ai été commerçante, j’avais des très très bons postes mais j’avais pas là satisfaction. Quand je rentrais le soir,ouais bof non. Quand maintenant je rentre le soir, c’est j’ai passé une super journée, j’ai fait 5/6 sevrages. La personne m’a appelé super contente, voilà c’est ça. Je travaille même le samedi, parfois le dimanche matin, parce que ça ne me dérange pas d’aller au cabinet, j’adore ça.

C’est un combat de tous les jours. Non, mais c’est vrai. Le vendredi soir, ça m’est arrivé de travailler jusqu’à 21h, ça ne me dérange absolument pas.

On sent vraiment chez toi le but quoi. Et ça j’adore. Mais j’arriverai au 99 pourcent, j’y arriverai. L’important c’est que ça marche, ça réussit. Enfin, c’est que les gens sont contents. C’est vraiment un retour. Moi, quand je reçois des cartes, des messages, j’ai la larme à l’œil. Je suis hyper sensible à ça parce qu’il y a un retour.

J’ai même des gens qui m’offrent des compositions, j’ai eu des petits cadeaux. Enfin voilà, je me dis, ils sont pas obligés de faire ça, c’est même gênant, mais je me dis mais ils sont tellement contents d’avoir arrêté de fumer après 40 ans où ils ont fait toutes les tentatives possibles ils ont jamais réussi et là ça fait,” Ah Sylvie, aujourd’hui, ça fait 5 mois, ça fait un an, comment vas tu ? Je pense souvent à toi, t’es ma sauveuse “. Voilà.

Le mot de la fin ?

C’est toi qui a tout déclenché en fait. J’ai 50 ans aujourd’hui. J’ai eu ce déclic à 45 ans et je me suis lancée et je t’ai appelé et puis voilà, c’est comme ça que ça a commencé l’aventure. Merci à toi Carine. Et une magnifique année 2022 pour toi, pleine de vies sauvées parce qu’on va le dire, on sauve des vies, c’est comme ça, et on il faut se l’accorder.

2022 je me souhaite plein de bonnes choses comme à tout le monde et je suis très contente de ce que je fais professionnellement, voilà, je suis épanouie. C’est génial d’être épanoui dans ce qu’on fait tous les jours. C’est majeur, d’avoir quelque chose, un travail qui te plaît.

C’est même plus un travail, c’est un plaisir, c’est un loisir en fait, voilà, c’est ça. Merci beaucoup.

LA FORMATION ADDICFREE©

 Addicfree© est une formation de praticiens en addiction au tabac et au sucre ajouté.
Elle prend en compte aussi la gestion du stress,